Préserver nos stocks

Les pêcheries norvégiennes gèrent notre patrimoine naturel extraordinaire, ce qui, bien évidemment, ne va pas sans poser quelques obligations.

Au fil des ans, notre secteur est passé de la pêche libre à une réglementation stricte. Nous avons été le premier pays au monde à imposer un système de quotas et nos efforts ont porté leurs fruits : nous disposons du stock de cabillaud le plus important et le plus durable au monde.

Le niveau record1 atteint par les quotas de cabillaud de Norvège ces dernières années en est une conséquence directe.

1D'après les recommandations du Conseil international pour l'exploration de la mer (CIEM).

Le système de quotas

Le diagramme ci-dessus représente les quotas de cabillaud en mer de Barents. Le cabillaud de la mer de Barents est notre premier stock de cabillaud commercial, représentant 93 % de nos captures.

Partout dans le monde, les pays s'efforcent désormais de respecter les quotas pour assurer l'avenir de la pêche, surtout pour le cabillaud. En Norvège, le Total admissible des captures (TAC) est divisé en quotas de groupes, correspondant aux différents groupes de bateaux :

Les quotas individuels de navires

Ces quotas sont fixés pour chaque bateau participant détenteur d'une licence ou d'un permis annuel. Ils leur garantissent une proportion fixe du quota de groupe.

Les quotas maximum

Ces quotas sont alloués aux navires côtiers dans les pêcheries en accès libre. Une fois le quota de groupe atteint, la pêche est arrêtée, que les navires individuels aient atteint leurs quotas maximum ou pas. Ce système est utilisé dans les groupes où les bateaux ont des niveaux d'efficacité très différents.

Les quotas de poissons benthiques

Ces quotas réglementent principalement les navires côtiers utilisant des engins de pêche conventionnels plutôt que les chalutiers. Les quotas de poissons benthiques combinent les quotas du cabillaud, de l'églefin et du lieu noir de chaque bateau participant.

LE TRANSFERT DES QUOTAS

Dans le but de réduire la capacité de la flotte dans nos eaux et de protéger notre écosystème marin, certains quotas sont transférables.

En 2004, le système de quotas par unité (UQS) et le système de quotas structurels (SQS) - pour les plus gros navires côtiers - sont mis en place et permettent au propriétaire de deux bateaux de transférer ses quotas d'un navire à l'autre. Le propriétaire dispose ainsi de deux options : pêcher la totalité de son quota à partir d'un seul navire pour une période donnée, ou bien pêcher une partie de son quota sur une période illimitée, à condition de détruire son autre navire.

Une troisième méthode de transfert est adoptée en 2005 pour les propriétaires d'un seul navire. Le système d'échange des quotas permet à deux propriétaires de s'entendre pour pêcher leurs deux quotas à partir d'un seul bateau sur une période donnée.

Les quotas de cabillaud de Norvège

Avec les stocks abondants de poissons de nos eaux froides et limpides, nous gérons le stock de cabillaud le plus important et le plus durable au monde, ici en Norvège.

La mise en œuvre de quotas stricts nous permet de maintenir nos stocks de poissons en bonne santé, garantissant par conséquent le fait qu'il n'y a jamais eu, et qu'il n'y aura jamais, de surpêche.

L'impact sur l'industrie mondiale

Les quotas sont déterminés à partir des résultats des recherches et à l'issue de négociations internationales. Ce fonctionnement est essentiel pour les produits norvégiens de la mer - notamment le cabillaud - puisque 90 % de notre pêche provient de stocks partagés avec d'autres pays.

Le Conseil international pour l'exploration de la mer (CIEM) et la Commission des pêches de l'Atlantique du nord-est (CPANE) jouent un rôle central dans cette coopération entre les pays.

Des négociations sur les quotas ont lieu chaque année avec les autres autorités de gestion des pêches. Nous avons des accords de coopération pour la gestion de la pêche avec nos pays voisins, y compris la Russie, l'Islande, le Groenland et l'UE.

La Norvège a une longue tradition de gestion de la pêche en harmonie avec son environnement.